Le parcours de François Fries est celui, atypique, de va-et-vient permanent entre la peinture, le cinéma et l’écriture. Au début des années 80, tandis qu’il termine ses études de philosophie et d’histoire de l’art, il s’essaie déjà, et avec assiduité, à la peinture. Bien qu’ayant tissé un lien intime et constant avec la peinture, il se tourne vers le cinéma. Tandis qu’il collabore avec une des plus grandes maisons de production françaises, il partage, avec quelques amis peintres un grand atelier au Kremlin-Bicêtre, à Paris. Il expose régulièrement dans le cadre de salons et d’expositions collectives telles que le Salon de Montrouge, Jeunes Peintures ou Courants d’art…

Au début des années 90, il lance sa propre maison de production, ses nombreux courts-métrages, documentaires ou premières œuvres, sont amplement primées dans les festivals internationaux. Le besoin de revenir à une pratique artistique plus solitaire, sous-tendue d’enjeux plus personnels, se précise de jour en jour. Au début des années 2000, François Fries décide de se consacrer de manière exclusive à la peinture.

Au premier abord, les œuvres de François Fries semblent autant de variations sur un même thème. Mais se découvre peu à peu au regard attentif, le désir qu’a l’artiste de maintenir, si ce n’est d’ériger en valeur, la trouble beauté du flou, de la tension des contraires et des entre-deux. Son travail actuel apparaît comme une synthèse de questionnements esthétiques récurrents que François Fries cherche à résoudre depuis de nombreuses années : comment exprimer à la fois l’intensité colorée et la transparence ?  Le lisse et la profondeur ? Le plein et l’espace ? L’instantanéité et la fluidité ? Le mouvement et la peinture ?

Cliquez pour découvrir le catalogue de François Fries !

Pour toute autre question ou demande, n’hésitez pas à nous contacter !