Carlo Borer

La vision que Carlo Borer porte sur notre avenir commun se décline souvent en teintes sombres. On se souvient en effet de ce cœur géant qui peine à trouver son rythme et doit être aidé par une machine externe et de ces énormes poumons
enchâssés dans des containeurs symbolisant la raréfaction et la dégradation de l’air ambiant.
Pour cette nouvelle exposition, les angoisses de l’artiste sont d’un autre ordre.

Partant d’un graphique produit par les Nations-Unies sur les projections démographiques mondiales, Carlo Borer construit une œuvre tridimensionnelle en forme d’ouragan construit par le temps. L’installation est entièrement incluse dans un espace clos, la base représente l’humanité en l’an 0 et le sommet la population
actuelle. Comme un tuyau sinueux la forme monte en spirale, d’abord lentement, puis, en arrivant près du plafond s’écarte en cercles concentriques qui très vite envahissent tout l’espace : ça y est, l’humanité a consommé toutes ses ressources, tout son espace, plus d’échappatoire, à moins d’aller coloniser une autre planète, pour y rejouer notre pièce fatale, comme des aliens.

La question climatique, avec ses modèles mathématiques, ses courbes, ses images satellites et son scénario catastrophe inéluctable alimente la réflexion de Carlo Borer qui « pense en images » et nous donne à voir ses représentations mentales. On y
retrouve des météorites à l’aspect menaçant mêlées à d’élégants pulsars dont les
formes évoquent une évolution naturelle des plus anciens clusters de Carlo Borer.

La notion de système aussi l’interroge. Comme une mécanique implacable, les espèces, humaine en premier, tracent une route logique partant des éléments disponibles (air, eau, énergie, molécules chimiques…) pour un scénario joué d’avance, toujours le même. Carlo Borer aime à imaginer que ce scenario est à l’œuvre aussi dans d’autres espaces, avec peut-être d’autres issues.

Les œuvres de Carlo Borer sont si parfaites qu’elles semblent sorties d’une industrie robotisée. Pourtant tout est modelé par ses mains d’artisan et par un savoir-faire qui passe du dessin sur papier au logiciel 3-D, puis viennent la découpe et le modelage des formes d’acier et un polissage long et patient. On dirait des objets découverts sur une autre planète dont on se demande quel en est l’usage et qui les a créés, à moins qu’ils ne soient juste tombés du ciel. En fait, chaque œuvre de Carlo Borer est un morceau de temps, arraché à sa vie d’artiste, ce temps qui justement l’interroge. 

Cliquez pour découvrir le catalogue de Carlo Borer !

Pour toute question ou autre demande, n’hésitez pas à nous contacter !